samedi 25 mars 2017

La santé de nos présidents — La Voix des Jeunes

Joseph_Kutter_L'homme_malade_1918 (CC) 
La santé de nos présidents est un sujet tabou dans la majorité des pays du monde. Car un président malade, c’est un pan entier de l’administration qui est paralysé. Le président représente la tête, le représentant du pouvoir exécutif. Il est donc le fonctionnaire par excellence de l’état.

De ce fait, les informations relatives à la santé de l’élu du peuple,
ne devraient pas être un secret. Car un président doit toujours prouver à son peuple qu’il est apte à mener à bien la tâche qui lui a été confiée. Lui fournir un bilan de santé annuel serait un grand pas pour tout bon dirigeant soucieux de l’opinion de son peuple. Malheureusement tel n’est pas le cas.

Les présidents, ainsi que leurs opposants politiques n’acceptent de publier leurs bilans de santé que dans de rares cas. Souvent parce qu’ils y sont contraints. C’est le cas notamment lors des élections présidentielles. Elections qui, dans la plupart des pays du monde, exigent que les candidats se soumettent à des examens médicaux en vu de savoir si oui ou non ils sont aptes à mener à terme leurs futurs mandats. C’est ainsi que très souvent, les présidents sont contraints par la loi ou le code électoral et “acceptent” de donner leurs bilans de santé.

Le bilan de santé est quelque chose de personnel, certes. Mais quand on est à la tête de l’état et que l’on a en main la destinée de millions de personnes, on ne peut plus avoir de mots à dire concernant sa vie personnelle. Il faut accepter de partager avec sa population, ne serait-ce que le minimum d’informations personnelles à votre sujet. Et l’état de santé du président vient en première position sur cette liste.

Les chefs d’états sont donc à la base de la polémique qui existe autour de leur état de santé. La santé du président est devenue à ce jour un sujet tabou dans la majorité des pays du monde. C’est sans doute le seul sujet dont personne n’ose parler publiquement, au risque de se voir attirer les foudres du pouvoir en place. Ainsi, on peut mettre en péril son petit poste au sein de l’administration rien qu’en évoquant ce simple sujet - la santé du président - devant des oreilles indiscrètes.

Dire que le président est malade reviendrait à dire qu’il est touché par une maladie grave et invalidante voire même incurable.

En Afrique par exemple, un président malade ce n’est pas bon signe : “faites vos provisions” car il y aura bientôt un remaniement important dans quelques semaines ! Quand nos dirigeants africains sont malades, toute la machine étatique se paralyse. Tout fonctionne au ralenti et chacun fait de son mieux pour amasser des fortunes en prévision de la prochaine période de vache maigre…

Enfin, pour ma part, je dirais que la santé de nos présidents ne doit plus être un sujet tabou dans nos sociétés. Parfois créé et entretenu par les présidents eux-mêmes, Il est important qu'ils brisent ce tabou en acceptant de publier leurs bilans de santé !



*Cet article est paru en premier lieu sur La Voix Des Jeunes UNICEF