samedi 31 décembre 2016

Première rencontre

  


La première fois qu’Alpha vit Aïcha, il la trouva franchement petite. Elle lui déplut, enfin. Il n’aimait pas comment elle parlait. Un flot de paroles qu’il n’arrivait pas du tout à suivre. Lui qui était de nature calme, plutôt timide… mais en ce qui concerne les femmes, Alpha en avait de l’expérience, et du goût ! Il admirait cette petite femme ; elle avait la vingtaine, mais on aurait cru voir une poupée. Elle était mignonne, bien-sure ! Ses cheveux étaient lisses ce jour-là, bien tenus. Les cheveux lisses, ça demande des soins constants et Alpha aime ça : « Voici une fille qui prend soin d’elle », se dit-il intérieurement. Il admirait maintenant la silhouette de cette charmante jeune fille…
Alpha ne saurait pas si elle était svelte ou ronde car elle portait un boubou, ce soir-là. Il la regardait, ses yeux scrutaient le moindre centimètre carré que pouvait laisser entrevoir ce magnifique tissu traditionnel du Fouta que portait la jeune fille. Il lui en demeurait une impression vague, générale, de honte et d’attirance. Il se demandait même pourquoi. Il avait complètement baissé sa garde oubliant de voiler le regard séducteur qu’il lançait inconsciemment en direction de Aïcha !

La jeune fille lui sourit, ses joues se creusèrent puis elle se tut subitement, et personne n’osa rompre le silence. Alpha détourna son regard, visiblement gêné car la jeune fille à tout lu sur son visage ! Elle n’avait pas besoin d’un interprète pour sentir avec quelle intensité les yeux du jeune homme brillaient de milles feux quand il la regardait.

Une brise de vent frais de l’harmattan souffla sur la joue de Aïcha qui frissonna ; Alpha en obtient le prétexte idéal pour rompre le silence qu’il ne supportait plus :

– « Tu as froid ? »

La jeune fille lui répondit par un hochement de la tête puis sourit de nouveau. Ses joues se creusèrent…

– « ça alors, une Foutaniènne qui n’ose pas la fraîcheur ?!» Cette phrase réussi à détendre l’atmosphère et rompit définitivement le silence. Aïcha rit de nouveau et ses dents blanches émerveillaient Alpha qui pouvait continuer à rêver, beaucoup plus détendu maintenant…

La conversation est relancé, moins rapide. Cette fois-ci, Aïcha – bien détendue elle aussi – prenait le temps de bien articuler ses mots qui sonnent telle une mélodie harmonieuse dans les oreilles de Alpha. Progressivement, une complicité commençait à s’installer entre les deux jeunes gens.

Ce soir-là, ils se racontèrent à tour de rôle leurs vies. Ils s’échangèrent des regards doux, timides et très charmants puis vint le moment où il fallait se dire au-revoir. Alpha raccompagnait Aïcha qui habitait à deux pas du petit restaurant où Alpha l’avait invité. Elle lui tenait la main, car la jeune fille s’est rendue compte de la timidité de Alpha qui ne lui déplaisait pas du tout – bien au contraire, elle aimait cela. Elle lui dira plutard par texto : « t’es tt simplmt waouh ! ».

*Article paru en premier sur http://doudoufine.mondoblog.org