mardi 12 septembre 2017

Sur le pont de Madina (troisième partie)


Amadou arrivait chez lui… Enfin, presque !
Il descendit du taxi et paya le conducteur puis il se dirigea vers son domicile. Il ne lui restait plus qu’une trentaine de mètres à parcourir, ce qu’il comptait bien effectuer à pied malgré sa fatigue. Il tenait dans ses mains son sachet : ce gros « ballon » en plastique
dans lequel ce marchand de madina avait enfermé sa veste avant de la lui remettre.
Amadou a su se montrer très ouvert d’esprit face à ce marchand ambulant, et il en était très fier ! Cette fierté ce voyait même dans sa démarche. Malgré sa fatigue, Amadou avançait d’un pas… rassué. Amadou marchait en caressant son « ballon », il le roulait dans ses mains et le tâtait pour bien sentir la texture de son costume… jusqu’à sa porte. Ça y est, Amadou est enfin arrivé !
-          Toc-toc !
-          Qui est là ?
-          Chérie, c’est moi, ouvre moi la porte !
Sa femme lui accueilli en lui débarrassant de son « ballon » qu’elle examinait maintenant d’un aire curieux.
-          C’est quoi ça ? Qu’est-ce qu’il y a dedans ?!
-          C’est une veste. Je viens de l’acheter à madina et à un prix incroyable !
-          Ah bon, combien ?
-          150.000, avec son pantalon !
-          Tiens, mais dis-moi, pourquoi tu es venu à pieds ? Où se trouve ta voiture ?
-          Une panne, je l’ai laissée avec notre mécanicien… d’où mon retard.
-          Ah, je vois… et moi je t’ai préparé un bon « petit plat » !
-          Oh ! Tu es un ange, je me lave vite-fait et vient me régaler !
Amadou emporta son « ballon » dans sa chambre. Il n’en peut plus d’attendre, il va l’ouvrir. Il enfonça ses longs doigts dans le sachet qui se déchira.
Soudain, de vieux vêtements en guenilles qui ressemblaient à tout sauf une veste (et son pantalon) en jaillirent. Amadou était médusé. Il était hors de lui. Il se crispa avant de lâcher sa colère dans une voix d’abord éteinte :
-          Ma veste, ma veste, ma veste…
Puis il cria :
-          Ma veste !
Sa femme qui l’avait entendu crier se précipita dans la chambre.
-          Que se passe-t-il, chérie ?!
Amadou lui répondu tout confus :
-          C’est…C’est ma veste, elle a disparu. Quelqu’un me l’a volée.
Sa femme s’approcha de lui puis elle soulevait les guenilles qu’Amadou avait jetées par terre. Et elle les examina. Elle les reposa ensuite par terre puis se tourna vers Amadou pour le caresse le visage en le rassurant.
-          Mais voyons, chérie ! Sois raisonnable, ils t’ont dupé. Personne ne t’a volé ta veste. C’est celui qui te l’a vendu qui ne l’a pas mise dans ce sachet. Il t’a fait croire le contraire, voilà ce qui t’est arrivé.
-          Attend, demain ! J’irai retrouver ce petit futé qui s’est joué de moi. Il saura de quel bois je me chauffe, moi ! Je vais le mettre en prison, c’est un voleur !!!
-          En tout cas, je te l’avais dit un jour de te méfier des produits que l’on vend sur le pont de madina dans les alentours de 18h. On risque de tomber sur de vilaines surprises !
-          Mais…comment a-t-u su que c’est sur le pont de madina je l’ai acheté ?!
-          Non, non, écoute moi chéri… prend ton bain et ensuite on en reparlera calmement. Une douche froide te serait d’une grande utilité. Allez, fait un effort, et s’il te plait oublie ce voyou jusqu’à demain. Ok ?
-          D’accord, chérie.
A suivre...

*article paru en premier sur http://doudoufine.mondoblog.org